Famille de Carbuccia

Roncevaux - Larrasoana

Plerinage Saint Jacques de Compostelle

mercredi 2 février 2005 par Cyrille

Le 2 février 2005 : Le chemin étant gelé, je m’engageai à 8h30 sur la N 35 pour parcourir une trentaine de kilomètres jusqu’à Larrasoana.

Un fort vent dispersait et chassait les nuages et me poussait sur la route. Des grains de sable pris dans le goudron de la route scintillaient comme des étoiles.
Des rafales me rappelaient l’air glacé et le brouillard de l’au-delà ; en-deçà les prairies s’ensoleillaient.

Le coeur et les poumons se ressentaient encore de l’épreuve d’hier. En réduisant le rythme de la marche, mon organisme s’échauffant, les pincements disparurent.

La marche ne marche pas toute seule. Il faut sans cesse veiller à l’état de la monture. J’allais encore ce soir devoir soigner de nouvelles ampoules.
Pendant ces 20 km je suivis la marche du soleil.

Les pas répétés secouent la cage du singe. Les idées s’agitent, tombent juste où finissent par s’épuiser. Le calme se fait et laisse place à la prière.

Arrivé à 17 h à Larrasoana, Santiago Zubiri, l’ancien maire qui se consacre depuis 20 ans en permanence à l’accueil des pèlerins, m’installa dans le gîte de « l’Associacion de los Amigos del Camino de Santiago ». J’étais le 43e de l’année.

L’Espagne souffre aussi de déchristianisation. Les deux puissantes cloches de l’église ne sonnent pas. On ne trouve aucun fidèle pour aller remonter le mécanisme automatique dans le clocher. J’ai suggéré à mon hôte d’en charger les pèlerins de passage pour peu qu’ils soient assurés.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 72956

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSJean-Luc de Carbuccia sur le chemin de Compostelle   ?

Creative Commons License